📣 📣 📣 Lancement de l’étude pour l’ ACADEMIE NDER

La campagne Tous UNiS, d’ici à 2030, pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes du Secrétaire général de l’ONU marque les 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes « Orangez le monde : Financez, intervenez, prévenez, collectez ! »

Notre organisation Yeesal Agri Hub, premier agritech et agribusiness hub d’Afrique de l’Ouest a décidé de se pencher sur les inégalités visibles dans une Afrique de l’Ouest politiquement instable et économiquement non compétitive. Au centre de tous les regards avec des limitations sociales qui réduisent son action la femme reste le socle de la structuration familiale.

Cependant malgré le fort élan de progrès et de compréhension de la part des populations elles sont, surtout les jeunes filles, encore grandement exposées à des situations à risques pour lesquelles des organisations œuvrant dans l’entreprenariat manquent d’engagement pour dépasser le traumatisme.

Jugeant qu’elles méritent un accompagnement à la reprise en main de leur vie tant sur la composante “mindset” qu économiquement notre structure compte se rapprocher des organismes qui oeuvrent dans l’appui et l’accompagnement de celles-ci afin de leur offrir un coaching gratuit avec un focus sur:
Les mad skills, soft skills, leur permettre de développer des modèles de prestation en les initiant au TIC.

Planifié pour l’année 2021 Yeesal Agri Hub prévoit cependant de mener d’ici la fin d’année 2020 une étude qualitative qui permettra au futur programme d’avoir l’approche la plus inclusive possible tout en créant une synergie avec les parties prenantes primordiales.

Agreenlab: lancement de la procédure de candidature

AGreenLab a vocation à accompagner des porteurs de projet et entreprises dans les secteurs de l’agro-industrie et des énergies renouvelables au Sénégal et au Burkina Faso et à l’international grâce à un programme d’incubation et un programme d’accélération mis en place par six acteurs de l’entrepreneuriat.

L’appel à candidatures AGreenLab 2020 permet :

– A 50 candidats en moyenne (pré-sélectionnés sur la base de leurs dossiers de candidature) de participer à deux programmes d’accompagnement organisés dans chacun des 2 pays concernés par l’appel.

– A l’issue des parcours d’accompagnement des lauréats auront la possibilité de bénéficier d’outils de financement sous forme de bourse, subvention ou investissement sur la base de critères de sélection prédéfinis et de rejoindre la communauté sous-régionale d’entrepreneurs AGreenLab.

 

Définitions:

Le terme « appel à candidatures » désigne le formulaire de participation aux programmes AGreenLab;

– Le (s) « candidat (s) » ou le (s) « porteur(s) du projet » désigne(nt) les personnes répondant à l’appel à candidatures ;

– Le « projet » désigne le projet entrepreneurial soumis à l’appel à candidatures ;

– Le « porteur principal » désigne, parmi les candidats constituant chaque équipe ayant soumis un projet, la personne qui participera aux programmes si elle/il est sélectionné(e). Il s’agit d’une personne fondatrice de la start-up ou ayant un pouvoir de représentation et de décision dans la stratégie et les opérations de la start-up ;

– Le « comité de sélection » désigne le jury de sélection chargé, dans chaque pays, de sélectionner les projets qui participeront aux programmes d’accélération et d’incubation (sur la base des formulaires soumis).

– « Le programme d’accélération AGreenLab » est un programme de renforcement des capacités des entrepreneurs d’une durée de 9 mois ;

– « Le programme d’incubation AGreenLab » est un programme de renforcement des capacités des entrepreneurs d’une durée de 9 mois ;

– Les « lauréat(e)s» désignent les porteurs de projets qui seront retenus à l’issue des programmes et bénéficieront d’un financement sous forme de bourse, subvention ou investissement ;

– L’agro-industrie regroupe l’ensemble des activités et des transactions en relation avec l’agriculture et les industries agroalimentaires (Production + Transformation + secteurs connexes)

– Les énergies renouvelables sont des énergies inépuisables issues des éléments naturels tels que : le soleil, le vent, les chutes d’eau, les marées, la chaleur de la Terre, la croissance des

végétaux/Biomasse… et qui se renouvellent assez rapidement après utilisation/consommation puisqu’elles ne s’épuisent généralement pas, à l’échelle humaine.

 

Partenaires du programme:

L’Union européenne (UE) est engagée à soutenir et renforcer les organisations de la société civile (OSC) en tant qu’acteurs clés du développement et de la gouvernance locale et mondiale. Cette priorité est inscrite dans le nouveau consensus européen pour le développement et dans la politique européenne sur la société civile.

Ci-après appelé « le bailleur »

Positive Planet International chef de file sur la mise en œuvre du programme est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, déclarée à la préfecture de police de Paris le 8 octobre 1998 (J.O. du 24 octobre 1998), actuellement enregistrée à la préfecture de Nanterre sous le n° W931004024, SIRET 421 020 033 00062, dont le siège est situé au 1 place Victor Hugo, Courbevoie, France, est représentée par Lyes BOUABDALLAH, en sa qualité de Directeur Général ayant les pouvoirs nécessaires à la signature des présentes, conférés par délégation du pouvoir du Président de l’association en date du 18 septembre 2019.

Ci-après appelé « le chef de file »

MAKESENSE Sénégal, association régie par la section III de l’article 816 de la loi 66-70 du 13 juillet 1966 portant code des obligations civiles et commerciales modifiée par la loi 68-08 du 26 mars 1968, la loi 79- 02 du 04 janvier 1979, déclarée au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Intérieure le 13 juillet 2017, enregistrée à Dakar, Sénégal, sous le numéro d’enregistrement officiel 006561858, n° TVA 006561858, dont le siège se situe Villa N. 17 Cité Keur Gorgui Sacré Cœur III VDN, Dakar, Sénégal, représentée par Monsieur Mamba SOUARÉ, agissant en qualité de Président.

Ci-après appelé « co-demandeur »

Ci-après Positive Planet International et MakeSense seront collectivement appelé « la Coordination ».

En partenariat avec les incubateurs:

  • Yeesal Agrihub (Sénégal): Yeesal Agrihub est le premier Hub Agritech et Agribusiness au Sénégal créé par un groupe multidisciplinaire de jeunes (agronomes, informaticiens, marketeurs, agriculteurs, entrepreneurs) dans le but de construire un hub physique et un écosystème où les jeunes du Sénégal peuvent se rencontrer, se connecter, collaborer afin de construire des solutions durables pour les agriculteurs. 

Notre mission est de promouvoir et de stimuler l’écosystème de l’entrepreneuriat agricole et agritech dans les zones rurales parmi les jeunes, les rapatriés et les groupes ruraux grâce au modèle FIRST : “Former – Insérer – Renforcer (Accompagner) – Subventionner”.

  • Energy 4 Impact (Sénégal): Energy 4 Impact est une organisation à but non lucratif travaillant avec des entreprises locales pour augmenter l’accès à l’énergie en Afrique, améliorant ainsi la qualité de vie de millions de personnes. Faire croître le marché des énergies propres et du développement durable accélère la croissance économique et améliore les conditions de vie dans les pays en voie de développement.
  • Impact Hub (Sénégal): Impact Dakar est un incubateur qui a été lancé fin 2017 par un groupe d’associés ayant une expertise dans les domaines de l’entrepreneuriat, du conseil, de l’investissement et de l’immobilier. Il a la particularité d’être une entreprise en soi. C’est un pôle entrepreneurial qui vise à trouver des moyens innovants pour soutenir les entrepreneurs de manière personnalisée et efficace, en tenant compte des spécificités du contexte ouest-africain.
  • La Fabrique (Burkina Faso): La Fabrique est un incubateur entièrement dédié à l’accompagnement d’entreprises sociales et responsables en Afrique de l’Ouest. Accompagnement, co-working, conseil, formations permettent de donner vie aux plus grandes ambitions !

 

Candidature:

Pour être éligible, les postulants doivent remplir les critères suivants :

  • Être majeur (18 ans ou plus) à la date du lancement de l’appel à candidatures mentionnée à l’article 3 du présent Règlement et avoir moins de 35 ans;
  • Être citoyen/résident au Sénégal et / ou au Burkina Faso ou intégrer au moins une personne de cette nationalité ou diaspora dans l’équipe fondatrice (disposant d’un pouvoir de décision sur les stratégies et opérations de l’entreprise, ainsi qu’une part substantielle du capital social) ;
  • Porter un projet actif dans l’un des deux pays d’intervention (a minima) à savoir le Sénégal et le Burkina Faso;
  • Être disponible (fondateur et son équipe) et présent physiquement dans le pays (ou à distance en cas de mesures de confinement) pour suivre avec assiduité tout le programme d’incubation ou d’accélération ;
  • Être porteur d’un projet en lien avec l’agro-industrie ou les énergies renouvelables, selon la définition donnée à l’article 1.

Avant de démarrer sa procédure de candidature chaque postulant doit consulter le règlement de l’appel à candidature ICI

Pour postuler au programme AGreenLab, chaque candidat doit soumettre un dossier de candidature selon le pays dans lequel il se trouve. Le formulaire de candidature AGreenLab se trouve en lien ICI

L’appel est aussi publié sur les sites internet suivants :



Le formulaire peut être également téléchargé sous format Word ( ICI ) et envoyé à l’adresse du chef de projet : mathilde.estienne@positiveplanet.ngo

 

Tous les candidats recevront un mail de confirmation à la réception et à l’enregistrement de leur

Candidature. L’appel à candidatures se clôture pour l’ensemble des pays le 09 novembre 2020. Après cette date, aucune candidature ne pourra plus être prise en considération.

 

Pour toute question relative à l’appel à candidatures, les candidats peuvent adresser un courriel au point focal suivant :  Mathilde ESTIENNE (Sénégal et Burkina Faso) – mathilde.estienne@positiveplanet.ngo ;

Pourquoi soutenir la méthanisation ?

Le développement de la méthanisation est primordial dans le cadre de la transition énergétique et c’est l’une des seules technologies qui permet d’envisager plusieurs types de valorisation énergétique. En effet, le biogaz peut être transformé sur site en électricité, chaleur ou même être injecté dans le réseau de gaz en substitution au gaz naturel. La méthanisation fait le lien entre deux problématiques environnementales prioritaires, à la fois la gestion des déchets et la production d’énergie renouvelable. Le digestat, résidu de la méthanisation, permet également de diminuer le recours aux engrais chimiques par les agriculteurs. C’est pour ces raisons que les pouvoirs publics apportent leur soutien à la méthanisation.

Les déchets concernés par la méthanisation

Toutes les matières organiques sont susceptibles d’être ainsi décomposées (excepté des composés très stables comme la lignine) et de produire du biogaz, avec un potentiel méthanogène toutefois très variable. La méthanisation convient particulièrement aux substrats riches en eau, contenant de la matière organique facilement dégradable, et facilement pompables pour permettre un fonctionnement en continu.
Les déchets méthanisés peuvent être d’origine :
– Agricole : déjections animales, résidus de récolte (pailles, spathes de maïs …), eaux de salle de traite, etc.
– Agro-industrielle : abattoirs, caves vinicoles, laiteries, fromageries, ou autres industries agro-alimentaires, chimiques et pharmaceutiques, etc.
– Municipale : tontes de gazon, fraction fermentescible des ordures ménagères, triée à la source (biodéchets) ou non (TMB), boues et graisses de station d’épuration, matières de vidange, etc.
La Co-digestion d’un mélange de déchets organiques est à préconiser pour permettre des économies d’échelle et optimiser la production de biogaz.

L’agroécologie est une démarche qui combine développement agricole et protection de l’environnement. Elle permet une agriculture multifonctionnelle et durable, qui valorise les écosystèmes, optimise la production et minimise les intrants.
La méthanisation est une source de revenus complémentaires pour les agriculteurs ; elle maintient ainsi les performances économiques des exploitations en limitant leurs impacts sur l’environnement. Au sein des exploitations agricoles, elle permet également la diversification des débouchés pour les résidus de culture et d’améliorer les engrais de ferme en permettant une meilleure assimilation par les plantes et une réduction de la dépendance aux engrais chimiques. Elle renforce également le lien agriculture/territoire suite à la création de services pour la collectivité.

Papa Assane NDAO , CEO Methanizer

                                                                                             Tel: +221 77 269 25 19

L’énergie verte au service de la communauté

Pourquoi doit-on utiliser la méthanisation?

Le biogaz est un gaz naturel renouvelable produit par des bactéries qui vont déclencher une fermentation des matières organiques animales ou végétales. Ce phénomène n’apparaît qu’en l’absence d’oxygène.

Le biogaz est un réel avantage pour l’environnement, en effet face à l’augmentation du volume des déchets rejetés par la population, il devient nécessaire de recycler ou bien de réutiliser nos ordures. De plus les énergies fossiles (pétrole, gaz naturel…) s’épuisent donc il fallait trouver une nouvelle énergie renouvelable. On a donc trouvé le biogaz, c’est une énergie durable qui est majoritairement constitué de méthane.

La production de biogaz permet de valoriser les déchets organiques et donc d’éviter la pollution de notre environnement.

Le biogaz contient en effet du méthane. Le méthane est un gaz à effet de serre, il est donc important de récupérer le méthane produit, aujourd’hui en France, la récupération du biogaz est obligatoire dans les décharges. Le méthane produit est donc utilisé comme combustible, son utilisation libère du dioxyde de carbone qui est moins nocif pour la couche d’ozone.

La combustion du pétrole libère du méthane alors que la combustion du biogaz libère du CO2, sachant que le méthane a un pouvoir réchauffant 23 fois plus élevés que celui du CO2, il est donc conseiller d’utiliser du biogaz. Certes le biogaz pollue, mais il pollue beaucoup moins que le pétrole.

Nous aurions donc une baisse de la pollution car le biogaz provient essentiellement des déchets de cuisine et de jardin donc si nous les collectons pour en faire du biogaz, nous aurions une baisse de la quantité de déchet.

La photosynthèse est le processus qui permet aux plantes de synthétiser leur matière organique en exploitant l’énergie solaire. C’est la fabrication de matière carbonée organique à partir d’eau et de carbone minéral (CO2) en présence de lumière.

La matière organique est la matière carbonée produite en général par des êtres vivants, végétaux, animaux, ou micro-organismes.

Enfin, l’utilisation de biogaz n’est pas seulement un avantage pour l’environnement, s’est aussi un avantage pour la santé. En effet cuisiner au bois, au charbon et à d’autres combustibles sur des feux ouverts constitue la réalité quotidienne de plus de la moitié de la population mondiale, cette cuisine provoque une pollution de l’air à l’intérieur des habitations, ce qui fait courir un risque majeur de pneumonie. Sachant que la pneumonie est une maladie qui tue le plus grand nombre d’enfants en faisant 2 millions de morts pas an, il est donc conseiller d’utiliser du biogaz, en effet le biogaz est une énergie propre qui pourrait contribuer à une baisse de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations.

L’utilisation de biogaz permettrait de réduire la fumée à l’intérieur des habitations.

En Afrique, surtout dans le milieu rural, les habitants manquent de combustible propre et sûr. Pour répondre à leurs besoins en énergie quotidienne, les gens ont recourent à des ressources traditionnelles comme le bois, les résidus agricoles, le fumier sec ou le charbon de bois. Ces combustibles sont d’habitude collectés par les femmes et les enfants,
Les femmes passent donc un temps considérable à réunir le nécessaire pour les besoins domestiques et à piler les matières premières agricoles pour la préparation des repas.

Ainsi, beaucoup de femmes ne disposent pas de temps pour cultiver leurs propres champs, aider leur mari dans les activités agricoles ou avoir des activités économiques quelconques. Elles ne peuvent pas apporter leur contribution pour augmenter les revenus du ménage, et les enfants vont rarement à l’école. Des solutions techniques qui libèreraient les femmes des corvées de bois, d’eau et de pilon auraient des répercussions directes sur la production agricole en permettant aux femmes de faire de petites cultures, ou des préparations alimentaires par exemple.

Par ailleurs, les prélèvements quotidiens de bois pour la préparation des repas épuisent peu à peu la biomasse d’espèces ligneuses et accentue le phénomène de déforestation qui conduit, avec les feux de brousse, à la dégradation progressive de l’écosystème tropical qui évolue vers un écosystème de type sahélien. De plus les polluants gazeux dégagés par la combustion du bois de du charbon de bois, sont le monoxyde de carbone, le dioxyde de souffre, les oxydes d’azote, les carbures d’hydrogène, du goudron (etc.). Leur impact sur la santé des individus exposés (femmes et enfants), sont très nocifs. Ils peuvent entrainer des bronchites chroniques, des cancers pulmonaires et des maladies cardio-vasculaires ainsi que certaines maladies oculaires.

C’est dans une optique de préservation de l’environnement et d’amélioration des conditions de vie, que c’est dernières années, plusieurs projets liés à la production de biogaz se sont développés sur le continent africain. On retrouve la plupart du temps des installations reliant des latrines au digesteur lui-même relier à des cuisines ou des lampes fonctionnant au biogaz.

Papa Assane NDAO , CEO Methanizer

                                                                                             Tel: +221 77 269 25 19

L’énergie verte au service de la communauté

Back To Top