200 jeunes s’inspirent des principes de l’agroécologie pour entreprendre et innover dans l’agriculture

Quel peut être l’impact d’une bonne pratique apprise par un agriculteur qu’il ignorait jusque-là  ou celui d’un jeune qui découvre totalement l’entreprenariat agricole et qui a le déclic pour se lancer ?

Et comment créer le tout en l’espace d’une semaine ?

C’est le pari engagé par l’équipe de Yeesal Agri Hub en partenariat avec la GIZ  durant cette semaine de l’entreprenariat agricole. La première, parce que s’adressant essentiellement à l’agriculture. Mais également, l’innovation majeure réside dans la participation d’un groupe hétérogène composé de jeunes à la quête d’expériences et qui rencontrent des migrants de retour ayant un vécu intéressant à transmettre. Loin d’être un choc de deux générations, la semaine de l’entreprenariat agricole offre un cadre idéal pour les jeunes qui peuvent tirer la vieille génération d’agriculteurs vers les innovations. En retour, cette génération de migrants est un réservoir de conseils utiles à ces jeunes voulant se lancer dans l’entreprenariat agricole.

Initiation à l’agroécologie : après la théorie, place à la pratique

L’entreprenariat agricole est surtout dans l’action. L’action de préparer son sol, sa pépinière, l’action de trouver un marché pour ses produits agricoles. Qui parle d’entrepreneuriat agricole, parle forcément d’activités sur le terrain. Yeesal Agri Hub n’a pas dérogé à cette règle. Après une journée chargée en session théorique durant la première journée, la deuxième journée s’est faite loin des ordis et smartphones. Les participants ont pu appliquer toutes les techniques apprises en session théorique.

L’animateur de la session sur l’agroécologie, Souleymane Agne est ainsi revenu sur les différentes étapes à la mise en place des pépinières maraîchères et l’installation de plants fruitiers. Ces étapes comprennent la préparation du sol, l’épandage du fumier, le nivellement, l’arrosage, le semis etc. Pour cette pépinière, pas d’engrais chimique, il faut absolument respecter les principes de l’agroécologie, martèle le formateur.

« Ce sont des choses basiques, que les gens ignorent pourtant »

Les démonstrations ont permis à certains participants d’installer pour une première fois leur plants d’agrumes. Mais, même pour les entrepreneurs expérimentés, les pratiques présentées par le formateur sont totalement différentes de celles qu’ils ont l’habitude de faire.

L’intervention d’un migrant rentré au bercail et ayant lancé son projet agricole depuis plusieurs années vient confirmer l’importance des pratiques de l’agro-écologie prévues à l’occasion de SENAG2017. En effet, ce migrant avoue avoir toujours transplanté ses plants d’agrumes directement sans appliquer la bonne technique de trouaison, ni d’épandre le fumier avant la mise en place du plant.

« Je n’ai jamais fait la double cuvette pour mes citronniers. Je comprends maintenant pourquoi j’ai une faible production et mes citronniers ont souvent des maladies », témoigne un autre participant expérimenté.

Les explications du formateur ont été bien notées par les participants qui promettent tous d’appliquer ces nouvelles techniques apprises lors de la session pratique.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Back To Top